Les Femmes Qui Restent Trop Longtemps Assises Peuvent Mourir Plus Tôt

Les Femmes Qui Restent Trop Longtemps Assises Peuvent Mourir Plus Tôt

11/12/2018 Non Par Thomas Mauss

« L’étude se fonde sur l’association constatée entre un comportement sédentaire (s’asseoir ou s’allonger pendant une bonne partie de la journée) et un risque accru de maladies potentiellement mortelles associées au mode de vie, comme les maladies cardiaques et le cancer.

Cette étude a suivi un échantillon de presque 100 000 femmes ménopausées. Elle a permis d’évaluer combien de temps ils sont restés sédentaires et de les suivre pendant 12 ans en moyenne afin d’évaluer leur risque de décès.

L’étude a révélé une tendance générale selon laquelle les femmes qui étaient sédentaires pendant plus longtemps avaient tendance à courir un plus grand risque de décès pendant le suivi, la principale limite de l’étude étant que bon nombre des mesures ont été recueillies par autodéclaration, ce qui augmente les risques d’inexactitudes.

Bien que cela peut être un peu exagéré, plus vous adoptez tôt des habitudes saines, plus elles sont susceptibles de persister tout au long de votre vie, et plus vous en tirerez des avantages.

D’où vient l’histoire ?

L’étude a été menée par des chercheurs de l’Université Cornell, d’Ithaca, de la Stony Brook University School of Medicine, de New York, et d’autres institutions américaines.

L’étude a été publiée dans l’American Journal of Prevalence Medicine, revue par des pairs, et le rapport de l’étude Mail Online est généralement exact, bien que l’affirmation selon laquelle  » les femmes d’âge moyen qui restent trop longtemps assises sont plus à risque de problèmes de santé, peu importe la quantité d’exercice qu’elles font « , est illogique en soi. Si les femmes font beaucoup d’exercice, elles ne sont pas assises.

Quel genre de recherche était-ce ?

Il s’agissait d’une étude de courte durée sur les femmes ménopausées visant à étudier l’association entre le temps passé en sédentarité et le risque de décès en général, et les causes spécifiques de maladies cardiovasculaires et de cancer.

En quoi consistait la recherche ?

L’étude comprenait des femmes de l’étude d’observation et de l’étude de vulgarisation de la Women’s Health Initiative (WHI).

Elle a évalué le comportement sédentaire, l’activité physique et d’autres caractéristiques des femmes au début de l’étude. Les chercheurs les ont ensuite suivis pendant 17 ans pour voir qui était décédée pendant cette période et la cause de leur décès.

Au total, 93 676 femmes âgées de 50 à 79 ans ont été recrutées entre 1993 et 1998 dans 40 centres cliniques aux États-Unis, et les données ont été recueillies grâce à des entrevues, des questionnaires et des évaluations cliniques.

Lors du recrutement, les questionnaires portaient sur le nombre total d’heures passées en comportement sédentaire, avec les questions suivantes :

  • Au cours d’une journée et d’une nuit normales, combien d’heures passez-vous en position assise ? Y compris le temps passé assis au travail, à manger, à conduire ou à monter dans une voiture ou un autobus, à regarder la télévision ou à parler…
  • Pendant une journée et une nuit normales, combien d’heures passez-vous à dormir ou à vous allonger les pieds levés ? Une troisième question demandait aux participantes d’estimer le nombre d’heures habituellement passées à dormir chaque nuit : le temps total de sédentarité était le temps passé en position assise plus le temps passé en position couchée, en soustrayant le temps de sommeil.

Les femmes ont été divisées en quatre catégories de temps sédentaire quotidien :

  • moins de quatre heures,
  • quatre à huit heures,
  • huit à onze heures,
  • plus de onze heures.

Les décès ont été identifiés jusqu’en 2010 en utilisant les dossiers hospitaliers, les rapports d’autopsie, les certificats de décès et les dossiers du National Death Index du National Center for Health Statisticstic.

Ils ont pris en compte divers facteurs fondateurs qui peuvent influencer la relation entre le temps sédentaire et la mortalité, notamment :

  • la race,
  • l’ethnicité,
  • l’éducation,
  • l’état civil,
  • l’indice de masse corporelle (IMC),
  • le tabagisme et la consommation d’alcool,
  • les maladies chroniques (coronaropathie, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral, diabète, cancer, arthrite, hypertension, nombre de chutes au cours de la dernière année, maladie pulmonaire obstructive chronique [MPOC]), et fractures de la hanche avant l’âge de 55 ans),
  • les hormones utilisés,
  • l’humeur dépressive,
  • la solitude,
  • les difficultés à accomplir les activités de la vie quotidienne,
  • l’auto évaluation de santé,
  • les activités physiques modérées à vigoureuses, mesurées à l’aide d’un questionnaire validé.

Les études comprenaient  92 234 femmes (âge moyen 63 ans) qui disposaient de données sur le temps de sédentarité.

Quels ont été les résultats de base ?

Le temps de sédentarité moyen des femmes de l’échantillon était de 8,5 heures par jour. En général, les femmes ayant un temps de sédentarité plus élevé étaient:

  • moins susceptibles d’être d’origine ethnique blanche,
  • moins susceptibles d’avoir fait des études supérieures,plus susceptibles d’avoir un IMC plus élevé,
  • plus susceptibles d’avoir un niveau d’activité physique plus faible,
  • plus susceptibles de fumer et
  • plus susceptibles de juger leur santé passable ou mauvais.

Pendant la moyenne des 12 années  du suivi, 13 316 femmes (14,4%) sont mortes. Dans l’ensemble, on a observé une tendance générale à l’augmentation du temps de sédentarité associée à l’augmentation de la mortalité toutes causes confondues et de la mortalité due aux maladies cardiovasculaires (comme les accidents vasculaires cérébraux et les maladies du cœur), en particulier les maladies cardiaques, et au cancer.

Comparativement aux femmes ayant le plus faible temps de sédentarisation (moins de quatre heures), celles dont le risque était le plus élevé (plus de 11 heures) avaient

  • 12 % d’augmentation du risque de mortalité toutes causes confondues ( risque de danger 1,12 ; intervalle de confiance à 95 %[IC] : 1,05 à 1,21)
  • Augmentation de 27 % du risque de décès par maladie cardiaque (RD 1,27 ; IC, 95 % : 1,04 à 1,55)
  • Augmentation de 21 % du risque de décès par cancer (RD 1,21 ; IC à 95 % : 1,07 à 1,37)

Les femmes sédentaires entre quatre et 11 heures par jour ne présentaient en général aucun risque de décès supérieur à celui des femmes sédentaires pendant moins de quatre heures par jour.

Le risque de décès par cancer était 21 % plus élevé que chez les femmes sédentaires pendant moins de quatre heures.

Comment les chercheurs ont-ils interprété les résultats ?

Les chercheurs concluent qu’il y avait un lien entre une période de sédentarité plus longue et le risque de mortalité après avoir tenu compte des multiples facteurs de confusion potentiels.

Conclusion

Cette étude de cohorte, qui examine le lien entre le temps de sédentarité chez les femmes postménopausées et leur risque de décès, bénéficie d’un grand échantillon de près de 100 000 femmes et d’un suivi après 12 ans.

Le risque principal était pour les femmes ayant le temps de sédentarité le plus élevé (plus de 11 heures par jour en position assise) qui présentaient un risque accru de décès par suite d’une maladie cardiaque ou d’un cancer, peu importe la cause, comparativement aux femmes assises moins de quatre heures par jour ;

Les liens étaient moins clairs pour les femmes sédentaires entre quatre et onze heures par jour. La principale limite est que bon nombre des mesures prises dans le cadre de l’étude (par exemple, le temps de sédentarité, l’activité physique et les antécédents médicaux) ont été recueillies au moyen de questionnaires envoyés par la poste, ce qui peut réduire la fiabilité de certaines de ces mesures.

Les auto évaluations ne seraient pas aussi précises que l’examen des dossiers médicaux ou la mesure objective de l’activité à l’aide de moniteurs, par exemple, même s’il n’est pas certain que l’auto évaluation signifie que les femmes sous-estiment ou surestiment le temps qu’elles passent assises pendant la journée (mais si vous nous obligez à deviner, nous choisirions la première possibilité).

De plus, les résultats de l’étude n’ont été obtenus qu’auprès de femmes ménopausées et peuvent ne pas s’appliquer aux hommes ou à des groupes de femmes plus jeunes, ce qui, dans l’ensemble, appuie les conseils actuels sur le mode de vie selon lesquels moins de sédentarité et plus d’activité physique peuvent améliorer la santé.