Comment favoriser une alimentation durable saine et écologique ?

Comment favoriser une alimentation durable saine et écologique ?

Non

Le système alimentaire de certains pays fait l’objet de nombreuses polémiques et suscite des inquiétudes d’ordres sanitaires, économiques et environnementaux. On retrouve aujourd’hui des milliers de personnes en situation de précarité alimentaire et d’autres en surpoids. Une situation particulièrement embarrassante qui implique des mesures de correction. À travers certaines actions, il est possible de favoriser une alimentation saine, bénéfique aussi bien pour la population que pour l’environnement. En voici quelques-unes !

Encourager les dispositifs d’aides alimentaires

Face à l’insécurité alimentaire des personnes et des familles, les dispositifs d’aides alimentaires sont d’une aide précieuse ! Ils permettent aux particuliers de bénéficier d’un appui et d’un soutien alimentaire. Ces aides sont généralement associées à un accompagnement social et fraternel plus global. On pense notamment à la SSVP, un système d’accompagnement personnalisé, permettant aux personnes en difficulté de bénéficier de colis alimentaires composés de diverses denrées. Rendez-vous sur ce lien pour en savoir plus sur ce dispositif d’aide alimentaire.

Privilégier la consommation locale

Dans une perspective de développement, la consommation locale reste essentielle. Pour des raisons écologiques et sociales, les aliments locaux doivent occuper une place importante. Contre toute attente, les produits importés décuplent les intermédiaires et accentuent les coûts. À l’inverse, les produits locaux provenant de circuits courts impliquent des dépenses moins onéreuses et garantissent une consommation saine.

Limiter l’utilisation des emballages

Les emballages alimentaires ont un impact négatif sur l’environnement. Ces contenants représentent jusqu’à cinq pour cent des émissions de gaz à effet de serre. Il n’est pas rare de les voir remplir les poubelles dans un logement. Lorsqu’ils sont mal triés et collectés, ils peuvent finir dans la nature et favoriser la pollution des océans et bien d’autres problèmes environnementaux. Il est donc important d’encourager les actions visant à réduire leur production. Cela passe notamment par le choix des aliments avec le moins d’emballage possible. Parmi les actions à mener, on peut citer l’utilisation des contenants personnels comme la gourde, le choix des emballages en verre pour un recyclage facile et constant.

Limiter les gaspillages alimentaires

Les pertes alimentaires participent à environ dix pour cent des émissions anthropiques de gaz à effet de serre. En tant que consommateur, il est primordial d’éviter le gaspillage alimentaire en achetant selon ses besoins. Cela implique de bien planifier ses courses et de faire des emplettes adaptées aux repas de la semaine.

Limiter les gaspillages alimentaires revient aussi à vérifier continuellement les dates de péremption de ses produits. Idéalement, il faudra cuisiner prioritairement les produits fragiles, partager ceux en phase de péremption, plutôt que de les jeter. À noter que les enseignes alimentaires proposent des offres de promotion sur les produits en voie de péremption pour permettre aux ménages d’économiser. Au bout du compte, il est toujours possible d’apprendre à cuisiner les restes (faire une soupe avec les restes de légumes par exemple, une salade avec les restes de viandes).

Une consommation raisonnable des produits animaliers

Réduire sa consommation de produits animaliers est avant tout un geste pour soi, mais aussi pour l’environnement. Lorsqu’on souhaite limiter l’empreinte écologique de son alimentation, l’une des actions à mener consiste à diminuer sa consommation de viande et de produits d’origine animale. Les viandes riches en graisses disposent d’un effet négatif sur la santé, favorisant notamment le surpoids ou les maladies cardio-vasculaires.